8 mythes sur la lombalgie qui vous empêchent d'être sans douleur

brian carroll
Brian Carroll, champion du monde de la force athlétique, en train de faire un soulevé de terre après s'être rétabli d'une grave blessure au dos (voir le mythe n°3 ci-dessous).

Quand je dis pour la première fois à un client souffrant de lombalgie persistante qu'il doit arrêter de s'étirer le dos, il me regarde généralement comme si j'avais deux têtes.

C'est une hypothèse profondément enracinée que lorsque votre dos vous fait mal, vous devez l'étirer ou pratiquer le yoga afin de le «mobiliser». Cela n'aide pas lorsque certains thérapeutes manuels renforcent ce dogme en prescrivant des étirements génériques sans d'abord établir quels sont les déclencheurs de douleur individuels du client.

C'est l'un des nombreux mythes courants qui empêchent les gens de se débarrasser de leur lombalgie. Est-ce qu'une croyance en l'un de ces mythes empêche votre dos de s'améliorer?

Mythe n°1 : Si la thérapie physique n'a pas guéri ma douleur chronique, la chirurgie est ma seule option

Les personnes qui ont apparemment tout essayé pour soigner leur mal de dos, y compris la kinésithérapie, le Pilates, les traitements chiropratiques, etc. se font souvent dire que la chirurgie est la seule option restante.

Cependant, le Dr Stuart McGill, considéré comme l'un des plus grands experts mondiaux en matière de lombalgie, déclare dans son livre, Le Mécanicien du Dos : "Quatre-vingt-quinze % des patients difficiles que je vois n'ont PAS besoin de chirurgie, même si on a dit à beaucoup d'entre eux que c'était leur seule solution".

McGill avertit que la plupart des chirurgiens pensent que la douleur peut être "coupée" avec un scalpel. Mais en réalité, il est rare que le tissu à enlever soit la seule cause de la douleur. De plus, lors d'une opération, les tissus sains, y compris les nerfs, sont souvent sectionnés et détruits lorsqu'on les coupe pour atteindre la colonne vertébrale.

Si la chirurgie est efficace pour certaines personnes, des études montrent que quelques années après l'opération, les patients ne sont pas mieux en santé que d'autres qui ont recouru à un traitement non chirurgical. Cela s'explique principalement par le fait que les défauts de la mécanique du mouvement qui ont conduit à la blessure initiale ne sont jamais corrigés. Souvent, le site opéré est stabilisé, mais le niveau supérieur ou inférieur subit maintenant la même blessure.

Au lieu de prendre le risque d’une opération, McGill recommande une "chirurgie virtuelle". Il s'agit de faire ce que vous feriez après l'opération chirurgicale - sans faire l'opération elle-même. En d'autres termes, reposez-vous et évitez de provoquer votre douleur par des mouvements erronés ou inadaptés. Cela permet souvent de réduire suffisamment votre douleur pour pouvoir entamer un programme de réadaptation. Cela implique généralement l'apprentissage d’habitudes de mouvement qui n’occasionne pas votre douleur et l'amélioration de l'endurance des muscles du torse.

Mythe n°2 : Le mal de dos s'aggrave avec l'âge

Beaucoup de gens pensent que leur mal de dos ne fera qu'empirer avec l'âge. Or, l'inverse est souvent vrai. La plupart des gens déclarent avoir moins mal au dos vers l'âge de la retraite qu'à la trentaine ou à la quarantaine.

En effet, avec l'âge, les articulations commencent à se raidir, ce qui réduit le risque de lésions des disques intervertébraux, souvent causes de douleur chez les personnes de moins de 55 ans.

Mythe n°3 : Une hernie discale signifie la fin de votre carrière sportive

Bien qu’un disque endommagé dans votre colonne vertébrale puisse être extrêmement douloureux et débilitant, cela ne signifie pas nécessairement que vous ne pourrez plus pratiquer votre sport favori. Si vous parvenez à stabiliser suffisamment votre colonne vertébrale et à corriger les mauvaises habitudes de mouvement qui ont causé la blessure, vous pourrez peut-être même améliorer vos performances avant la blessure.

Un exemple extrême est celui de Brian Carroll, un champion du monde de la force athlétique qui a souffert non seulement d'hernies discales, mais aussi de multiples fractures de la colonne vertébrale après avoir soulevé des poids pendant des années avec, de son propre aveu, une technique médiocre. Après avoir consulté de nombreux experts médicaux qui lui ont répondu qu'il ne s'en remettrait jamais, il a eu une rencontre fortuite avec McGill.

Après un programme de rééducation intensif, sa colonne vertébrale a guéri au point qu'il s’en ressentait plus de douleur. Dans Gift of Injury, le livre qu'il a co-écrit avec McGill, il décrit le processus de guérison et son insistance sur une technique irréprochable lorsqu'il a repris l'entraînement. Cela lui a permis d'améliorer ses performances précédentes et de battre d'autres records du monde en powerlifting. La vidéo ci-dessous le montre après sa convalescence, accroupi avec 453 kg sur le dos.

Mythe n°4 : Une irm est tout ce dont mon médecin a besoin pour diagnostiquer mon mal de dos

disc bulges
A gauche : des renflements discaux désagréables peuvent être asymptomatiques. A droite : des renflements insignifiants peuvent en fait être très douloureux.

Les images IRM ne peuvent malheureusement fournir que des informations limitées sur les causes de votre mal de dos. Il s'agit essentiellement d'images statiques de votre dos prises dans une position (généralement en position allongée sur le dos) à un moment donné. Elles ne montrent pas ce qui arrive aux tissus de votre dos lorsque vous bougez et changez de position.

En outre, en plus de montrer les blessures actuelles, elles montrent un historique des blessures que vous avez subies précédemment. Ainsi, la hernie discale que vous voyez sur l'IRM peut en fait être une ancienne blessure qui n'est pas la source de votre douleur actuelle. Et même si le diagnostic est correct, comme dans le cas d'une sciatique ou d'un renflement discal, cette information ne vous aidera pas à guérir votre mal de dos.

McGill souligne que le titre de votre maladie n'est pas l'information la plus importante que vous deviez connaître pour guérir votre mal de dos. Le plus important est de trouver la cause de vos symptômes et de les traiter directement afin de vous rétablir.

Bien qu'une IRM puisse être utile comme élément de preuve supplémentaire pour établir une hypothèse sur la cause de votre douleur, elle ne doit pas être utilisée exclusivement pour un diagnostic.

Pour déterminer la cause de votre mal de dos, il est nécessaire de se soumettre à une évaluation par un expert qui administre des tests de provocation de la douleur. Ce n'est qu'alors que vous pourrez déterminer les postures, les mouvements et les charges qui provoquent votre douleur, et concevoir un plan de récupération optimal.

Mythe n°5 : Le repos au lit est bon pour le mal de dos

disc
L'épaisseur de vos disques intervertébraux augmente après avoir été couchés horizontalement pendant de longues périodes.

Bien que le repos au lit soit souvent recommandé pour traiter les maux de dos, trop de temps passé allongé peut en fait exacerber votre douleur. Lorsque vous êtes allongé en position horizontale, vos disques intervertébraux se remplissent de liquide, ce qui éloigne doucement les vertèbres les unes des autres. Cela allonge la colonne vertébrale et, par conséquent, vous fait légèrement grandir dès le matin.

C'est bon pour votre dos car cela permet aux disques d'obtenir les nutriments dont ils ont besoin, mais cela a aussi pour effet secondaire de rendre votre dos légèrement plus rigide au réveil. Ce n'est pas un problème au cas où vous passez environ huit heures au lit, mais si vous passez beaucoup plus longtemps, vos disques continueront à enfler et pourraient devenir douloureux.

Mythe n°6 : Le yoga et le pilates sont excellents pour soulager les maux de dos

yoga pilates
A gauche : l'exercice de "rollup" du Pilates. A droite : la rotation excessive de la colonne lombaire au cours du yoga peut déclencher des douleurs dorsales.

Nous avons déjà vu comment le yoga peut, en fait, être préjudiciable aux personnes souffrant de lombalgies. Il en va de même pour le Pilates, un autre mode d'exercice que certains médecins et thérapeutes recommandent sans réfléchir parce qu'ils pensent qu'il est bon pour renforcer la ceinture abdominale.

Si certains mouvements et certaines poses peuvent être bénéfiques ou procurer une sensation de bien-être, certains éléments du yoga et du Pilates peuvent aggraver votre douleur si vous souffrez de lombalgies.

McGill dans son livre Back Mechanic affirme : "Il n'existe pas de programme d'exercices qui soit bénéfique pour tous ceux qui souffrent de lombalgie et il est, à mon avis, irresponsable de prescrire largement le yoga ou la méthode Pilates à un patient souffrant de douleurs dorsales indéfinies. Chaque exercice devrait être justifié et ensuite modifié pour convenir à chaque personne".

Il réserve une critique particulière à la pratique qui consiste à aplatir la colonne vertébrale et à la "fixer" au sol en position allongée. Cela perturbe la colonne vertébrale de sa position neutre, ce qui exerce une pression inutile sur les disques intervertébraux.

McGill a mené de nombreuses études scientifiques sur le "redressement assis" courant, qui montrent qu'il s'agit d'un exercice médiocre pour la plupart des gens en raison de la pression qu'il exerce sur la face postérieure des disques. Le "Rollup" du Pilates a rendu cet exercice essentiellement mauvais et l'a rendu encore pire. L'accent mis sur le mouvement de la colonne vertébrale exerce une pression encore plus forte sur les disques que lors d'un sit-up.

Si l'objectif est d'entraîner les muscles du torse tout en minimisant la tension sur les disques, il existe un certain nombre d'autres exercices supérieurs qui permettent de le faire en maintenant la colonne vertébrale dans une position neutre. Le mouvement doit être encouragé par les hanches, et non par la colonne vertébrale, pendant que les disques sont mis à l’épreuve.


Mythe n°7 : Les étirements sont bons pour le mal de dos

silly stretches
McGill les appelle les "étirements absurdes".

Une nouvelle cliente qui avait des douleurs lombaires m'a dit qu’elle ressentait toujours des douleurs au dos après les séances avec son kinésithérapeute. Lorsque je lui ai demandé quel traitement son kinésithérapeute lui administrait, elle m'a montré une série d'étirements qui mettaient sa colonne vertébrale en position de flexion.

Après avoir effectué une évaluation comportant des tests de provocation, il était clair qu'elle ne supportait pas la flexion. Une semaine après avoir arrêté les étirements prescrits, ses douleurs dorsales avaient disparu.

L'idée que les étirements sont bons pour le dos est obsolète et doit être remise en question. Les thérapeutes bien intentionnés prescrivent souvent des étirements , qui s’avèrent inappropriés, dans le but d'améliorer la mobilité de la colonne vertébrale. Cependant, pour la plupart des personnes souffrant de douleurs dorsales, c'est le contraire de ce dont elles ont besoin.

Sur le plan physiologique, le fait de s'allonger sur le dos et de ramener les genoux sur la poitrine déclenche le "réflexe d'étirement". Il s'agit d'un phénomène neurologique qui réduit la sensibilité à la douleur à court terme, procurant un soulagement d'environ 15 minutes pour certaines personnes. Cependant, lorsque vous mettez votre colonne vertébrale dans cette position fléchie, vous pouvez aggraver vos disques, ce qui peut faire revenir la douleur plus fort qu'auparavant.

Si vous avez des problèmes de disques, au lieu d'étirer votre colonne vertébrale et de la rendre plus mobile, vous devriez vous concentrer sur sa stabilisation et son contrôle dans une position "neutre". Cela permettra d'atténuer votre douleur. Augmenter la mobilité d'autres parties du corps comme les hanches et les épaules vous aidera à maintenir votre colonne vertébrale dans une position neutre lorsque vous bougez.

Mythe n°8 : Rien ne marche contre le mal de dos, alors je devrais m'y faire

Le problème de l'étude des douleurs dorsales est que leur cause, et par conséquent leur traitement optimal, varie tellement d'un individu à l'autre. C'est différent de conditions plus homogènes comme le diabète où le traitement est le même pour tous.

Il est donc impossible pour des études individuelles de déterminer le succès des interventions contre le mal de dos. Si la même méthodologie est utilisée sur les participants (comme cela est exigé dans les études scientifiques), il y en aura toujours certains qui s'amélioreront et d'autres qui vont s’aggraver. Ce sont ces résultats peu concluants qui amènent certains journalistes (et même certains médecins) à conclure que rien ne fonctionne pour les douleurs dorsales.

Cependant, ce que Stuart McGill a montré après avoir passé 30 ans à étudier la colonne vertébrale des gens, c'est qu'il est souvent possible de guérir même les pires cas de douleurs dorsales.

Si vous pouvez identifier et éliminer les mécanismes qui causent votre douleur, et que vous êtes prêt à jouer un rôle actif dans votre propre rétablissement, il y a de fortes chances que vous puissiez vous débarrasser de votre mal de dos une fois pour toutes.

Ces mythes sur les lombalgies ont été adaptés du livre de Stuart McGill, The Back Mechanic.

Andy Marlow est le fondateur et l'entraîneur en chef de 360 Personal Training, basé à Paris. Il est le seul personal trainer certifié selon la méthode McGill en Ile de France.